La ville de Miyona n'est pas une ville comme les autres. Une fois entré, on ne peut plus sortir. Même si vous essayez de courir le plus vite possible, le plus loin, en direction de l'horizon, vous finirez toujours par revenir dans la ville. La ville est invisible pour ceux qui n'en n'ont pas besoin. Seules les personnes ayant une bonne raison, voulant fuir le monde réel et ayant besoin de la ville peuvent la trouver. C'est assez surprenant, non ?

Une ville qu'on ne peut quitter et coupée du monde, c'est une ville à rendre fou ! Serez-vous apte à vivre ici entouré d'êtres magiques? Mais la vraie question est : en avez-vous réellement besoin ?
Cameron Vakhrouchev
Ryūji Takahashi - WWW
Kurt T. Stone - WWW
Meroko Hashimoto - WWW
Venez découvrir les autres, et les familles fondatrices de Miyona !
Lucien Nott à Alexandre Holmes

► T'es vachement chiant. Mais vachement. Genre énorme, surtout là maintenant, hein <3. Et t'es lourd, même si t'es un poids plume (fais quand même gaffe à pas trop prendre de poids, j'aime pas les obèses u.u). Dans tout ça... je sais pas pourquoi je t'aime, mais je t'aime. Même si t'as plein de défaut, t'as aussi plein de qualité et t'es mon amoureux à moi et rien qu'à moi et je t'aime fort et pour toujours <3
La Politique à Miyona. {Annexe}.



 

Partagez | 
 

« La Politique à Miyona. {Annexe}. »

Le roi alexandre
avatar

Feuille de personnage
La citation de ma vie:
«Le roi alexandre»
✘ Messages : 18
✘ Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 18
Localisation : Aix-en-Provence.
Sam 2 Jan - 14:47
La Politique à Miyona

Pour ceux qui en douteraient, il existe bel et bien un système politique régissant la ville de Miyona depuis sa création, dont le fonctionnement aurait été considérablement impacté par la création du bouclier de 1927, obligeant la Mairie à agir comme un véritable micro-gouvernement à l’échelle d’une ville de 30 000 habitants, qu’on pourrait comparer au micro-état de Saint-Marin (enclave en Italie du Nord) pour les plus connaisseurs.  

I. L’organigramme politique de la ville.



Ainsi qu’il est présenté sur le schéma, le système politique s’inspire fortement d’un régime à correctif semi-présidentiel, c’est-à-dire d’un régime dans lequel l’exécutif incarné par le Maire de la ville (élu tous les 10 ans), dispose d’importants pouvoirs, mais ne peut pas administrer la commune sans le concours du Conseil Municipal, élu tous les 5 ans.
Il est ainsi nécessaire de disposer, pour le Maire en fonction, d’une majorité d’élus (c’est-à-dire plus de 15 conseillers municipaux sur 30, de la même étiquette politique) pour pouvoir tenir ses promesses de campagne, auquel cas, il devrait faire appel à un « 1er adjoint » issu des rangs de l’opposition pour y mener la politique urbaine à sa place.
Autrement dit, le Maire ne peut diriger que s’il a une majorité absolue au Conseil Municipal, sinon, c’est le 1er Adjoint qui joue le rôle de Maire en quelque sorte, ce dernier ne devenant qu’une figuration (à l’image de ce qu’est la cohabitation dans la Vème République française, le régime politique de la France depuis 1959).

Lexique de rigueur :

  • La Mairie : Cité du Maire de la Miyona (élu pour 10 ans, renouvelable deux fois fois), et siège du Cabinet Municipal. || Fonctions rattachées : Maire de Miyona, 10 ans renouvelable 2 fois.
  • Conseil Municipal : 30 élus pour 5 ans, chaque mandat individuel pouvant être renouvelé indéfiniment, et vote les propositions (déposées par un conseiller municipal) ainsi que les projets de lois (déposés par le Cabinet Municipal).  || Fonctions rattachées : Conseiller Municipal (équivalent de député), 5 ans renouvelable.
  • Cabinet Municipal : Conseil des Ministres à l’échelle de Miyona, composé de 10 adjoints au Maire ainsi que d’un 1er adjoint, et Présidé par le Maire en toutes circonstances. C’est là que se décident la plupart des projets de loi à présenter devant le Conseil Municipal, ainsi que les directives à prendre dans chaque « mission » (c’est-à-dire, chaque secteur occupé par un adjoint, par ex. : la justice, la santé…).  Fonctions rattachées : Maire de Miyona, 10 ans renouvelable 2 fois. Adjoints au Maire, nommés par le Maire, non obligatoirement issu du Conseil Municipal.
  • Haut Tribunal Administratif : Plus haute juridiction de Miyona chargée de trancher les litiges entre la Mairie et le Conseil Municipal ainsi que de vérifier la licité (c’est-à-dire la légalité) des lois votées. Composée de 5 juges, elle peut briser un projet de loi, censurer un véto du Maire (en cas de saisine du Tribunal par le Conseil Municipal au 2/3), et même le destituer en cas d’abus de pouvoir. Une procédure rare, qui peut toutefois être contrée par référendum (voir au-dessous).  Fonctions rattachées : 5 "sages", 3 nommés tous les 50 ans par : le Maire de Miyona (1 siège), le Conseil Municipal (1 siège), le 1er adjoint (1 siège) et 2 juges permanents issus des Grandes Familles de Miyona (voir contexte).  


Au niveau institutionnel, le Maire dispose alors de beaucoup de prérogatives pour mener à bien la politique de la ville (sur laquelle il peut intervenir dans tous les domaines) :

  • Le référendum → Une question posée au suffrage universel direct envers les électeurs de Miyona, qui permet de faire voter par le peuple : une loi, une dissolution du Conseil de Municipal (dans le cas, où, par exemple, le Maire voudrait retrouver une majorité pour gouverner), ou l’annulation d’une ordonnance de destitution du Haut Tribunal Administratif (voir ci-dessus).
  • Le véto → Outil par lequel le Maire peut bloquer un projet de loi, qu’il ait été voté ou non par le Conseil Municipal. Cela signifie que même si le Conseil Municipal vote à l’unanimité un projet de loi, le simple véto peut briser le légiféré.
  • La présidence du Cabinet Municipal → À savoir, l’organisation, la gestion et la définition des priorités du Cabinet Municipal, véritables représentants de chaque secteur de Miyona.


Ces pouvoirs constituent la clef de son administration, et lui permettent de veiller à la bonne organisation des pouvoirs publics.

II. La vie politique à Miyona.


L’organigramme politique de la ville n’est pas la seule singularité de Miyona, bien au contraire. Dès le début du XXème siècle, les courants traditionnels de la Diète japonaise (l’équivalent du Parlement) ont perdu leur influence dans la région, faisant disparaître la politique au sens propre, c’est-à-dire le libéralisme, le socialisme… toutes ces notions échappent complètement aux acteurs de la vie urbaine, pour des problèmes plus en lien avec ce que des « races » au ban des humains, ont pu rencontrer.
Il est ainsi deux partis politiques majeurs dans le paysage de Miyona, qui sont apparus avec le temps, et qui ont chacun, leur idéologie propre, leurs figures « héroïques » et leurs casseroles.


  • La Ligue Communautaire, dit communaux, et dirigée par un leader anonyme (rôle libre).
    Créée en 1924, la LC est le premier parti politique de Miyona. C’est lui, qui, pour répondre aux attaques des humains, soutient et s'investit énormément pour pérenniser l’installation du bouclier de la ville (voir contexte), ce qui lui a longtemps conféré une grande légitimité, et un grand respect de la part de leurs adversaires comme de leurs sympathisants.
    Ses figures majeures sont, à ce jour, le vampire millénaire William d’Harcourt, qui a régné en maître sur la ville pendant 30 ans, n’ayant laissé le pouvoir qu’à cause de la limite maximale de 3 mandats consécutifs. C’est à lui que beaucoup doivent la stabilisation de la bourgade de Miyona.
    Le parti prône une coexistence pacifique entre les races réparties en communauté selon l’idée que l’on ne peut pas lutter contre sa nature profonde, et que si l’on peut être amis avec d’autres races, les différents groupes ne peuvent que finir par rentrer en conflit entre eux. Ils conservent d'ailleurs pendant cinq décennies une grande popularité en ces temps de méfiance, mais à mesure que Miyona vit dans la paix et la sécurité, ils perdent le pouvoir lors des années 70 marquées par un désir de changement et d’ouverture.
    Souvent dans l’opposition depuis lors, ils sont notamment à l’origine des conflits raciaux de l’année 2014 (voir l'évent de la V7), ayant obligé le Maire Unioniste à renforcer les mesures sécuritaires de la ville. Cela a redonné à la LC une grande popularité.
    Races les plus proches de la LC : Anges, Loup-Garous, Vampires, Humains.

  • Le Parti de l’Union, dit unionistes, et dirigé par Akise F. Edogawa, Maire de Miyona.
    Créé en 1945, après la grande exode provoquée par la 2nde Guerre Mondiale, qui a vu arriver énormément de gens de toutes races pour fuir la guerre et les persécutions des nazis et des alliés, il répond aux refus de la Ligue Communautaire à mélanger les races pour organiser une paix collective et durable dans toute la ville. Confronté à un chômage de masse, la municipalité sortante avait en effet décidé de ghettoïser les différents quartiers pour éviter le chaos à la fin des années 40.
    Il faut toutefois attendre 1970 avant que les unionistes n’obtiennent la majorité à la Mairie, et fassent voter plusieurs projets de mixité sociale. Le programme du parti reposant ainsi sur la solidarité, les quartiers cosmopolites, l’égalité des races à tous les niveaux et la condamnation de la ségrégation raciale.
    Plusieurs figures restent aujourd’hui ancrées dans la mémoire collective ; Margery E. Hensley (Hybride) demeurant la plus importante. Première femme à accéder au poste de Maire, elle est assassinée par un sympathisant communal en 1976. Elle permet à Olivia C. Elsinger (Humaine à don) de perpétuer sa mémoire en passant à une politique plus combative et plus ambitieuse. Malheureusement, le PU n’a fait que, pour beaucoup, mettre les problèmes sous le tapis. Les émeutes de 2014 (voir l'évent de la V7) sont l’aboutissement d’une vision trop idéaliste de Miyona, ce qui a redonné beaucoup de popularité à leurs adversaires.
    Races les plus proches du PU : Démons, Égarés, Humains à don, Anima.



Composition du Conseil Municipal aux dernières élections (2013).

Bien évidemment, vous êtes libres de donner les opinions politiques que vous souhaitez à vos personnages, mais nous indiquons juste que, majoritairement, les races suscitées sont, en général, plus proches d'une des « deux idéologies » majeures de Miyona, qui ne sont, par ailleurs, ni bonnes, ni mauvaises ; Ce sont juste des conceptions des choses. Il n’existe aucun autre courant politique qui soit représenté au Conseil Municipal que ceux-ci.

Pour toute précision supplémentaire, veuillez contacter en priorité Alexandre Holmes (par messagerie privée).

© ALEKSEI


Gay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La Politique à Miyona. {Annexe}.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Droits de l'homme, Democratie, Politique et Nouvelles Technologies en RDCongo, Les congolais peuvent aussi inventer des applications ? ( Totala)
» Politique : Marvel versus DC.
» L'engagement politique du Duke
» jeton politique Anglais 1794
» [Thème] Littérature populaire et politique-fiction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-